Les femmes et le secret

Publié dans Fables de La Fontaine

Illustration de Tony Johannot
Rien ne pèse tant qu’un secret
Le porter loin est difficile aux Dames :
Et je sais même sur ce fait
Bon nombre d’hommes qui sont femmes.
Pour éprouver la sienne un mari s’écria
La nuit étant près d’elle : O dieux ! qu’est-ce cela ?
Je n’en puis plus ; on me déchire ;
Quoi j’accouche d’un oeuf ! – D’un oeuf ? – Oui, le voilà …Lire la suite »

Tags : , , ,

Et son regard plana longtemps sur la mer…

Son regard plana longtemps sur la mer
Aramis se mordit les lèvres.
— Rien ! rien ! Pardon, je voulais dire…
— Quoi ?
— Que si nous voulions, s’il nous prenait fantaisie de faire une promenade en mer, nous ne pourrions pas.
— Bon ! voilà qui vous tourmente! Beau plaisir, ma foi ! Quant à moi, je ne le regrette pas. Ce que je regrette, ce n’est pas, certes, le plus ou moins d’agrément que l’on peut prendre à Belle-Isle. Ce que je regrette, Aramis, c’est Pierrefonds, c’est Bracieux, c’est le Vallon, c’est ma belle France ! Ici l’on n’est pas en France, mon cher ami ; on est …Lire la suite »

Tags : , , , , ,

Le Berger et la Mer

Publié dans Fables de La Fontaine

Le Berger et la Mer
Du rapport d’un troupeau, dont il vivait sans soins,
Se contenta longtemps un voisin d’Amphitrite :
Si sa fortune était petite,
Elle était sûre tout au moins.
A la fin, les trésors déchargés sur la plage
Le tentèrent si bien qu’il vendit son troupeau,
Trafiqua de l’argent, le mit entier sur l’eau …Lire la suite »

Tags : , , , , ,

Mon ami, mon seul ami, parlez !

Mon ami, parlez !
— Oh ! mon ami, pour qui me prenez-vous ?
— Comment?
— Si vous savez, pourquoi me cachez-vous? Si vous ne savez pas, pourquoi m’avertissez-vous?
— C’est vrai. J’ai eu tort. Oh! je me repens bien, voyez-vous, Raoul. Ce n’est rien que d’écrire à un ami : « Venez !  » Mais avoir cet ami en face, le sentir frissonner, haleter sous l’attente d’une parole qu’on n’ose lui dire…
— Osez! j’ai du cœur, si vous …Lire la suite »

Tags : , , , ,

La figure sombre et pensive d’Aramis apparut…

Aramis apparut
Commencé de cette héroïque façon, le souper devint promptement une fête ; nul ne s’occupa plus d’avoir de l’esprit, personne n’en manqua. La Fontaine oublia son vin de Gorgny, et permit à Vatel de le réconcilier avec les vins du Rhône et ceux d’Espagne. L’abbé Fouquet devint si bon, que Gourville lui dit : — Prenez garde, monsieur l’abbé, si vous êtes aussi tendre, on vous mangera.
Les heures s’écoulèrent ainsi joyeuses et …Lire la suite »

Tags : , , , ,

L’Ours et les deux Compagnons

Publié dans Fables de La Fontaine

L'Ours et les deux Compagnons

Deux compagnons pressés d’argent
A leur voisin Fourreur vendirent
La peau d’un Ours encor vivant,
Mais qu’ils tueraient bientôt, du moins à ce qu’ils dirent.
C’était le Roi des Ours au compte de ces gens.
Le Marchand à sa peau devait faire fortune.
Elle garantirait des froids les plus cuisants.
On en pourrait fourrer plutôt deux robes qu’une.
Dindenaut prisait moins ses Moutons qu’eux leur Ours:
Leur, à leur compte, et non à celui de la Bête.
S’offrant de la livrer au plus tard dans deux jours, …Lire la suite »

Tags : , , , ,

Quand je me vis suspendu…

Descente dans le puits
Ils n’eurent pas plutôt refermé la porte que, sans prendre la peine de traverser le vestibule, je sautai par la fenêtre et courus au puits. Alors, comme s’était penché mon gouverneur, je me penchai à mon tour. Je ne sais quoi de blanchâtre et de lumineux tremblotait dans les cercles frissonnants de l’eau verdâtre. Ce disque brillant me fascinait et m’attirait ; mes yeux étaient fixes, ma respiration haletante ; le puits m’aspirait avec sa large bouche et son haleine glacée ; il me semblait lire au fond de l’eau des caractères de feu tracés sur le papier qu’avait touché la reine. Alors, sans savoir ce que je faisais, et animé par un de ces mouvements instinctifs qui vous poussent sur les pentes fatales, je roulai …Lire la suite »

Tags : , , , , , , , ,


suivant »